Impitoyable…

Jardin d'automne

Sonnet

Le temps qui passe en douce arrache peu à peu
Quelques bribes de ci, quelques fragments de ça
A la vie de chacun, l’entraînant pas à pas
Vers cet étrange Ailleurs qu’on voudrait être Dieu !

Il nous faut bien pourtant accepter d’être vieux.
La liste des amis diminue. Pourquoi pas
Aller au cimetière, avec quelques dahlias
Pour égayer un peu les tombes de leur feu

Et prouver aux Anciens combien nous les aimions ?
La vie d’un être humain est telle un papillon,
Ballotée follement de bonheur en malheur

Comme par un vent fou, sans pouvoir rien y faire.
Le temps est sans pitié, nous usant d’heure en heure,
Qui nous pousse cruel vers notre ultime hiver.

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire