Il pleut de la lumière…

On en reste pantois : il pleut de la lumière !
Des étoiles d’argent voletant en douceur
Pointillent en flânant le cristal bleu de l’air.
Myriades de flocons, microscopiques fleurs !

Quelle sérénité ! Les bruits sont ouatés ;
Marseille enfin en paix est pour l’instant tranquille
Sous son lourd édredon d’un blanc un peu bleuté
Qui arrondit les angles aigus de la ville.

On n’a pas l’habitude, et l’on est tout content
De voir cette pluie blanche à l’étrange lumière.
La vie en est changée pendant un court moment
Et l’on oublie un peu l’âpreté de l’hiver

Qui s’avère bien long depuis quelques années.
Les rives du Jarret ont une étrange allure
Sous leur blanc capuchon. C’est bizarre : on croirait
Un ruisseau de montagne ! Au lointain les voitures

Chuintent bizarrement en roulant sur la neige.
Que la ville est bizarre ! Elle a baissé d’un ton
Son immense clameur, et son ciel parpalège
De millions de clins d’oeil, de milliards de flocons.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire