Il ne pleut pas…

Il ne pleut pas, il pleure ! Et Marseille est bien triste
Sous son bonnet mouillé de nuées poivre et sel.
Il bruine sur la mer qu’un sombre coloriste
A peint couleur de l’eau qui s’égoutte du ciel.

La grand’ville du Sud n’est pas habituée
A ce rideau brumeux qui voile l’horizon ;
Car prête à tout pour lui, c’est en prostituée
Qu’elle aime son soleil jusqu’à la déraison

Tant il semble sensible à sa rude misère.
La pluie la défigure en faisant ressortir
La hideur de ses murs, que des tags éphémères
Tentent de décorer ! Mais lui sait revêtir

Ses vieux quartiers pouilleux d’une blanche lumière
Dissimulant ses plaies… Maintenant ils sont gris,
Et même le Vieux Port a un aspect austère
Sous ce crachin fangeux et mou qui contrarie

Les touristes venus visiter la Provence.
Il y pleut sans arrêt depuis un mois entier,
Et tous les Marseillais maudissent la malchance
Qui a fait de leur ville un immense bourbier.

Il faut bien concéder que l’automne galège,
Se prenant tout à coup pour un quasi-hiver.
Mais soudain tout se tait : il ne pleut plus, il neige !
Marseille a-t-il donc fait incursion en enfer ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.