Hyères

 

Poème illustré par :

G.Grassaud

Hyères chevelue, jolie Hyères ,
Petite ville ébouriffée
D’éventails orientaux et verts,
Tu es comme un rêve d’été

Pour y installer nos pénates,
Y oublier ce sale hiver,
Ce décembre traîne-savates
Qui nous met la vie à l’envers !

Tout hérissée de tes palmiers
En forme de plumeaux magiques,
Tu es un paradis bien quiet
Et légèrement nostalgique

Des années de fric et de frac
Où des retraités argentés
Venaient pour casser la baraque !
Mais s’est enfui le temps doré

De la Côte si opulente.
Je crois que je vais t’appeler
Hyères la Belle et la Dormante,
Ma douce Hyères-les-Palmiers.

Poème offert à Brigitte Morosoli

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Hyères

  1. Brigitte Morosoli dit :

    Merci Vette pour ce magnifique poème qui me va droit au coeur et me réchauffe par ce froid si soudain, je suis très touchée par cette dédicace et très fière de t’avoir inspirée, gros bisous et continues de nous ravir l’esprit…

Laisser un commentaire