Honte !

Poème illustré par un tableau de :

Pascal Giroud
www.pgiroud.fr

Face à la mer cobalt, comme ratatinée,
Elle n’est plus du tout identique à l’image
Qu’elle donnait jadis. Malgré sa pauvreté,
Elle était pétulante et gaie, bien que peu sage,

Et l’on acceptait bien sa folle liberté
De fille du Midi un peu trop remuante.
Elle était pittoresque et tout à fait marrante
Avec son culot monstre et son laisser-aller.

Elle a vieilli d’un coup car elle n’en peut plus
De sa réputation soudain si exécrable.
Où est donc la fofolle fantasque et aimable
Malgré ses conneries trop souvent malvenues ?

Aujourd’hui elle effraie, même si le soleil
Brille inlassablement au-dessus du Vieux-Port.
Il y a trop de sang, il y a trop de morts,
Et cela ne sied point à la pauvre Marseille !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire