Gréoux les Bains

gréoux les bains

Au pied de son château Gréoux les Bains somnole
Non loin de lacs saphir sillonnés par des yoles,
Des voiles, des canots … Sont bannis les moteurs :
Pas de bateaux furieux et par trop destructeurs !

Entre le bleu des lacs, le mauve des lavandes,
Des sources de l’Enfer jaillissaient sur la lande :
Les Romains terre à terre adoptèrent leurs eaux…
Et maintenant les gens  y soignent tous leurs maux

De curistes perclus venant pour y soigner
Qui leurs os, qui leur peau , leurs poumons ou leur vie.
Ils vont tout doucement, menant leur train bien quiet
De touristes enclins à céder à l’envie

De goûter au soleil et à l’eau bienfaitrice,
De humer les parfums de la garrigue proche,
De boire goulûment la paresse propice
A les rapetasser et les rendre moins moches !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.