Gordes

Poème illustré par un tableau de :

Gilbert Thomas
www.gilbthomas.blogspot.com

A l’assaut d’une pente aussi raide que rude
Cramponnées au roc sec et comme dévasté,
Les maisons du village  sont bien amarrées,
Dominant la Durance  roulant vers le Sud.

Tournée vers les vallons ocrés du Luberon
Sous les antiques tours d’un grand château austère,
Gordes la magnifique a empilé ses pierres
Pour monter en spirale autour du grand piton.

Et là bien arrimées sur l’énorme rocher,
Fontaines d’autrefois, calades empierrées,
Placettes de guingois et voûtes ombragées
Résistent vaillamment aux affres de l’été.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire