Glaçon d’été

 

Dans son joli verre en cristal
Il virevolte et tourne en rond,
Comme le fait dans son bocal
Népomucène le poisson.

Il est carré et transparent
Comme une fort étrange bulle
Et frappant les parois d’argent,
Il cliquète et tintinnabule.

Mais un étrange phénomène
L’engourdit petit à petit :
Il semblerait que sa bedaine
S’amenuise dans le whisky.

L’alcool l’absorbe peu à peu :
Il se dilue dans le poison
Avec un frémissement bleu
Où il n’est plus rien qu’un soupçon …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire