Gigi

Dame blonde

Est-ce notre Midi qui t’est si favorable,
Gigi aux yeux teintés de lapi-lazuli ?
Le passage du temps ne les a pas ternis :
Comme le ciel d’ici ils sont inaltérables,

Et le soleil d’été n’a pas trop eu le temps
De flétrir ton teint blond, puisque tu n’es venue
Ici qu’il y a peu. Tu y fus bienvenue,
Et nous tous, les anciens, nous fûmes bien contents

D’accueillir parmi nous une nouvelle amie
Dont nous fêtons ce jour quatre fois vingt printemps !
Tu devrais nous donner ton usage du temps :
Es-tu faite d’inox, immuable Gigi ?

Car tu ne changes pas, tu es toujours la même !
Ton corps et ton mental, lisses et inchangeables,
Tout comme ton chemin semblent imperturbables.
Ne varie surtout pas : c’est comme ça qu’on t’aime !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.