Gel

 

Poème illustré par un tableau de :

André Blavier
www.andreblavier.be

La nuit grelotte, et un grand froid,
Floconné de laine et de soie,
Craquèle les champs de sillons.
La nuit grelotte , et son veston
S’ouate d’un dur molleton.
La lune s’est lovée en rond.

La nuit grelotte, et peu à peu
L’atmosphère se paralyse.
Le froid trop vif est comme un feu
Qui aurait consumé la bise.
Le vent est las car tout est mort
Et les étoiles congelées
Par la gerçure qui les mord
En oublient de scintiller.

La mer est noire et le sol beige.
Le gel enferme dans un piège
Les bulles d’air, les bulles d’eau.
L’eau durcie dans les caniveaux
Est couverte d’un voile argent.
Le ciel dur tremblote, et les gens
Rasent furtivement les murs
Pour échapper au souffle dur
De la bise qui les fouette.
Les toits ont enfilé leur couette,
Et la ville ratatinée
Pleure son automne envolé…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire