Frissons…

Un frisson, deux frissons… Est-ce un début de grippe,
Ce nez congestionné qui se met à goutter,
Ces yeux tout larmoyants commençant à pleurer
Et cette gorge en feu ? Rien vraiment ne dissipe

Mon mal-être indicible ! Et vraiment mal fichu,
Je me sens lessivé comme vieille chaussette.
Tremblements tout partout, terrible mal de tête :
Je ne suis vraiment plus bon qu’à mettre au rebut.

C’est ce crétin d’hiver qui veut faire des siennes !
Je me sens tout patraque et le ciel est bien gris…
Ce fichu février, ce gredin malappris
M’a juste mis à terre en éructant de haine !

Il ne me reste plus qu’à lui fermer ma porte
Et à me mettre au lit sous un gros édredon !
Le mistral mène un siège autour de la maison
En allié de l’hiver ! Le diable les emporte !

Du vin chaud ou du thé avec un coup de gnôle ?
Car il me faut suer tous ces miasmes maudits…
Où es-tu, Mars joli, mon gentil mois qui ris ?
Viens t’en donc leur flanquer moult baffes et torgnoles !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.