Fonte des neiges

Eric Bertrand

 

 

 

 

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bertrand
http://www.artquid.com/e.bertrand

Sous nos gros pataugas, la neige crisse et couine
En commençant à fondre. Et le pas lourd des gens
Y creuse peu à peu des sillons outrageant
La blancheur azurée de l’heure des matines.

Il fait très froid, la nuit : il gèle encor souvent ;
Mais dès que le jour point, il expose les pentes
A un flot de soleil irisé qui violente
La neige trop fragile emportée par le vent.

En-bas, elle est très lourde, et mars qui la transforme
En un gras margouillis la dissout peu à peu.
Il fait doux aujourd’hui.  De la grisaille pleut.
Sous le ciel barbouillé la montagne est difforme.

Seuls les très hauts sommets sont encor éclatants
Quand y giclent tout droit de longs traits de lumière
Les repeignant d’argent. Et il sourd de la terre
Une sorte d’appel réclamant le beau temps…

Où est passée la neige ? Avant de disparaître,
Elle formait au sol un très épais tapis :
Qu’en est-il advenu ? Est-ce le Temps tapi
Au fond de l’Univers qui vient de s’en repaître ?

Car la neige a fondu, et nos nuits sont moins belles
Sans ce feutre bleui par le joli croissant
De la lune d’hiver. Quelques flocons dansant
S’essaient parfois le soir à jouer les rebelles…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.