Folie urbaine

S’il existe une ville folle,
C’est bien Marseille la fantasque.
Un peu plus loin, Aix semble molle,
Brise douce contre bourrasque.

C’est une ville-tourbillon
Que le moindre incident démange :
Cris, injures, parfois klaxons,
Passage aux feux, rouge ou orange.

Une foule très colorée
Grouille et fourmille sur le Port
Où des peuples entrechoqués
Semblant étrangers à leur sort

Courent, grenouillent et gigotent.
Un brouhaha cosmopolite
Ronronne sur l’eau qui clapote.
Marseille l’agitée s’agite.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.