Folie urbaine

S’il existe une ville folle,
C’est bien Marseille la fantasque.
Un peu plus loin, Aix semble molle,
Brise douce contre bourrasque.

C’est une ville-tourbillon
Que le moindre incident démange :
Cris, injures, parfois klaxons,
Passage aux feux, rouge ou orange.

Une foule très colorée
Grouille et fourmille sur le Port
Où des peuples entrechoqués
Semblant étrangers à leur sort

Courent, grenouillent et gigotent.
Un brouhaha cosmopolite
Ronronne sur l’eau qui clapote.
Marseille l’agitée s’agite.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire