Folie solaire

Eric Bruni

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni
www.liensutiles.org/ebruni.htm

Le soleil tout faraud aiguise ses rayons.
Assis au bord du ciel, contemplant la Provence,
Il jubile déjà. Une vraie jouissance !
Son projet de griller les superbes canyons

Du Verdon, tout en bas, filant vers la Durance,
Confine à la folie ! Exalté et dément,
Le soleil du mois d’août qui flirte avec l’outrance
Adore ravager la garrigue et les champs.

Tout est gris, asséché. Les jardins pantelants
Attendent assoiffés l’arrosée vespérale.
Les roses qui déploient leurs somptueux pétales
Sentent leur coeur en feu se faner lentement.

Les cigales plaquées au tronc raide des pins
Sont saoules de chaleur : brindilles invisibles,
Criquetant tant et plus, sempiternels crincrins,
Et seules enchantées par ce temps indicible

Qui est beaucoup trop chaud ! Août est bien trop intense !
Ce soleil insensé va peut-être exploser ?
Lors jailliront du ciel pour mieux nous embraser
Des milliards d’éclats dont la luminescence

Forcenée, inouïe, va nous retransformer
Au creux de l’Univers en poussières d’étoile.
La Terre est périmée, le monde est fatigué…
Le temps est-il venu d’enfin mettre les voiles ?

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire