Feu d’automne

Poème illustré par un tableau de :

Tadeusz Gazda
www.tadeuszgazda.artpl/

J’aime parfois l’automne, au moment merveilleux
Où il peint le Midi de ses folles couleurs,
Bariolant le feuillage et revêtant les fleurs
Des tons chauds et bronzés de la terre et du feu.

Quand le ciel est très bleu par-dessus la Provence,
Le roux et le cuivré flamboient dans la forêt
Soudain incandescente, incendiant la fûtaie
D’un feu bien anodin, dénué de violence,

Mais changeant les tilleuls en torches mordorées.
Les collines séchées par le grand soleil d’août
Semblent soudain moins crues, parées d’un ocre doux,
Couleur fauve fanée, teinte du miel ambré.

C’est à ce moment-là qu’on voudrait savoir peindre,
Pour pouvoir joliment à grands coups de pinceau
Exprimer la beauté. Moi, je n’ai que mes mots
Pour encenser l’automn(e) ! Van Gogh n’a rien à craindre…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire