Fermez-la, les cigales !

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Van Gogh

(1853-1890)

Fermez-la ! les cigale(s), car on ne s’entend plus
Ronfloter doucement pendant qu’on se repose
Après le déjeuner ! Marquez donc une pause
A l’heure de la sieste ! Nous sommes tous perclus

D’un grand coup de bambou tant l’été est torride.
Et cricri, et cricri, et cricri, et cricri…
Votre chant monocorde est à crever d’ennui
Et nous use les nerfs de son rythme torpide !

Et pourtant l’on se plaint quand vous n’êtes pas là
Dès le vingt et un juin, le grand jour de l’été !
Que de gémissements si vous nous oubliiez
Et n’acceptiez plus de venir au gala

Offert pour la mi-juin : la fête du Retour…
Mais au bout de deux mois nous en avons assez
De votre crissement ! Ne pourriez-vous changer
Parfois votre tempo au fil de ces longs jours ?

Mais ne vous vexez pas : c’est juste pour la sieste
Qu’on vient vous demander de vous calmer un peu !
Nous sommes malheureux quand vous nous dit(es) : « Adieu » !
Ne soyez pas marries si l’on vous admoneste !

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Fermez-la, les cigales !

  1. Ping : Poèmes en Provence » Fermez-la, les cigales ! – Poèmes sur la … | Le coup de Bambou du Pandaranol

Laisser un commentaire