Fantasme ?

Poème illustré par un tableau de :
Ysabelle

Depuis que j’ai l’âge que j’ai,
J’ai compris que j’étais mortable*
Et qu’il était indispensable
Que j’aie encor force projets,

Désirs, idées, plaisirs et rêves ;
Qu’il fallait vivre chaque instant
Et profiter de tout son temps ;
Oublier qu’une vie est brève,

La savourer avec passion,
Sans songer qu’on n’est plus à l’âge
D’affronter de trop gros orages ;
Penser à soi, sans condition ;

Chercher tous les plaisirs du monde
Qui vont disparaître bientôt ;
Mener une vie de château,
Alors que fulmine et que gronde

La Camarde prête à faucher
A grands coups de faux l’impudente,
Cette poétesse imprudente
Qui s’évertue à la narguer.

Car après tout, qu’importe l’âge
Puisque je m’en vais rajeunir
Et ne plus jamais retenir
De la vie que ses avantages…

* Néologisme vettique :  pas joli, mais convenant fort bien au sujet, non ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.