Faire corps avec la Nature

Quel fou sublime a donc pu peindre
Cette beauté paradisiaque,
Ce ciel sublime et élégiaque ?
Oh, mon Dieu, faites que le moindre

Coup d’oeil ne le supprime pas !
Il est si beau et si magique,
Ses couleurs sont si magnifiques
Qu’on n’a peut-être pas le droit

De les voir, nous autres mortels ?
Ce bleu, ce roux, cette lumière…
Cette imprécision singulière
Est celle du Havre éternel,

De ce jardin toujours fleuri
Auquel éperdument j’aspire.
J’ai l’impression que je respire
L’âme d’un automne marri

De ne m’en donner plus encor :
Faire partie de la Nature,
Quitter cette écorce immature,
De l’être humain, et faire corps

Avec ce monde merveilleux
Où se mêlent tant de lumières,
Où chatoie la beauté première
Qui vient de naître sous mes yeux…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Chez nous, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.