Expulsion

Oh, mon Dieu ! Est-ce vrai que nous allons devoir
Abandonner ce mas qui nous a tous vus naître ?
Cette bâtisse ocrée que vous devez connaître,
Au creux du val d’Astrie ? N’y a-t-il plus d’espoir ?

Notre clan est ici depuis le fond des âges
Et nous n’avons jamais vendu cette maison
Que nous chérissons tous presque avec déraison.
Nous avons décliné pas mal de beaux voyages

Pour retrouver ici pendant les mois d’été
Des enfants, des parents, les gens de la famille.
Oh, ces longs soirs si chauds passés sous les ramilles
Fleurant si bon le frais du grand micocoulier ;

Cette ardente garrigue où cousins et cousines
Jouaient comme des fous, enivrés par l’odeur
Du romarin, du thym, de la lavande en fleurs
Qui les enveloppait d’une senteur divine !

Et cette belle entente, et cette connivence
N’existant qu’entre nous, parées des souvenirs
Attachés au vieux mas ! Ce refus d’avenir
Faisant de nous un bloc soudé par son enfance !

Quand nous avons reçu un jour de la mairie
Ce papier signifiant notre expropriation,
Nous avons ressenti une telle émotion
Que nous avons pleuré. Quant à tante Marie,

Elle a eu un tel choc qu’elle s’est trouvée mal…
Depuis nous attendons, le cœur en bandoulière.
L’autoroute assassine est presque à Eygalières
Et l’on entend non loin pétarader le Mal…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Amours, Chez nous, La Provence au coeur, Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.