Evasion

Tête dodelinant doucement sur l’épaule,
Eulalie est partie bien loin de son école :
Elle s’est assoupie dans le fond de la classe !
La voix de la maîtress(e) tout doucement s’efface

Pour laisser place enfin au rêve et à l’espoir :
Il faut tenir encor un peu jusqu’à ce soir !
Les vacances sont là et c’est bientôt fini…
Ce rêve merveilleux fait sourire Eulalie ;

Elle n’entend plus rien, pas même les cigales
Qui criquent dans la cour. La chaleur estivale
Fait perler sur son front des gouttes de sueur,
Mais la petite fille est désormais ailleurs :

Sur la plage à jouer avec son petit frère…
Les derniers jours d’école sont vraiment nécessaires
Pour se dire au revoir avant les mois d’été !
Mais travailler ? Oh non ! Il ne faut pas pousser…

Eulalie sent soudain une main qui la pousse
Et elle entend un rire. Une douce secousse
Lui fait ouvrir les yeux, confuse et effarée.
C’est Madame Morel qui vient de l’éveiller !

« C’est fini, Eulalie, et ta maman t’attend !
Passe de bons congés, joue et prends du bon temps !
A la rentrée, tu vas au Cours Préparatoire.
Pour toi va commencer une nouvelle histoire… »

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire