Etre et avoir été

Clair de lune

Tout d’abord très léger, c’est un effleurement
Qui caresse le coeur avec délicatesse ;
Qu’on ressent tout d’abord sans beaucoup d’allégresse
Car cela sous-entend peut-être énormément

D’émois et de tourments qu’on ne veut plus connaître.
Puis la raison s’en va, et toute hésitation ;
L’on se laisse glisser… Et la douce émotion,
C’est de revivre un peu l’Avoir été et l’Etre.

Mais on peut concevoir que ce n’est pas possible.
Viens-t’en, mélancolie, puisqu’il faut extirper
Ce délicat bourgeon qui commence à germer
Au plus profond de soi ; et bien viser la cible

Pour briser sans merci la tendre sensation
D’avoir encor un coeur ; d’être toujours capable
De se donner un peu et d’être encor aimable.
L’Avoir été est là. L’Etre n’est qu’illusion…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire