Et pourtant cette année…

Les feuilles sont encor arrimées à leurs branches.
Il fait vraiment très bon ; et la brise qui chante
Prête à ce bel automne une voix qui enchante
Tant elle est mélodieuse. Une colombe blanche

Semble avoir oublié que l’été est fini
En roucoulant tout doux. Oui, c’est un bel automne,
Tout coloré de bistre et de roux et de jaune
Comme presque toujours en notre cher Midi !

Et pourtant cette année, il y a quelque chose
Qui ternit l’harmonie de la douce saison :
Nous n’y adhérons pas. Et la bonne raison
De notre désamour, de ce qui s’y oppose,

C’est cette maladie qui va nous décimer.
La beauté d’alentour est bien moins importante,
Même si la campagne a l’air fort bien portante,
Nous cachant avec soin ces recoins abimés

Par notre aveuglement… Il y a quelque chose
Qui nous fait oublier d’observer sa beauté ;
Nous sommes angoissés par la précarité
De notre vie d’après. Reverrons-nous des roses

Pousser dans nos jardins d’ici quelques printemps ?
Cet automne est si beau qu’il me tire des larmes,
Mais le glas au lointain vient de sonner l’alarme,
Nous annonçant peut-être l’extinction des temps…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.