Encore trois mois ?

Oh là là ! Ce matin, on s’est fait du mourron !
Lambesc était brumeux : disparu l’horizon !
On avait projeté d’aller en VTT
Rouler dans la colline au-dessus de Jeannet

Quand soudain notre idée sembla fort compromise !
Mais notre décision était fermement prise :
Nous allions faire fi de ce fichu brouillard…
Et nous avons bien fait, car une heure plus tard

Il fait un temps radieux, le soleil étincelle.
La brume évaporée n’est plus que bagatelle
Et ravalée au rang de mauvais souvenir.
Enfin… pour aujourd’hui ! Car, le temps de le dire,

Et cet odieux brouillard peut être au rendez-vous.
C’est le hic de janvier : un petit rien du tout,
Et l’on peut de nouveau dire adieu au ciel bleu…
Mais pas pour le moment : le Midi est radieux

Et il fait presque chaud ; oh, mon Dieu, que c’est bon
De bondir à vélo non loin du Luberon !
On n’en finit jamais d’apprécier cette chance
Qu’on a depuis toujours d’habiter en Provence.

Même au coeur de l’hiver, quand le soleil paraît,
Nous avons l’impression que le lointain été
N’est pas qu’une utopie. Et dans quelque trois mois,
Les nuits raccourciront ; le printemps sera là !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Hiver, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire