En ce début d’été…

jardin-fleuri

 

 

 

 

 

 

 

En ce début d’été, tous deux vont dès demain
Pouvoir se retrouver au radieux jardin
Où ils se sont connus, alors que la lumière
A son plus haut zénith éclaboussait Corbières*

De ses rais aveuglants qui pleuvaient drus et droits !
Un destin, une vie, où le hasard parfois
Sème une belle graine, étrange, inattendue…
Dès le premier regard, c’est la joie éperdue

De se voir réunis qui va saisir leurs coeurs
Soudain tout affolés. Une onde de bonheur
Les mènera très loin, vers la Terre Promise
D’un grand enchantement… Liesse enfin permise !

Un amour flamboyant chamadant à grands coups,
Insensé, triomphant, et vraiment prêt à tout,
Lors les entraînera dans l’improbable danse
Qui va rythmer leur vie de sa folle cadence.

Ils seront si heureux qu’ils penseront pouvoir
Se laisser submerger. Et la douceur du soir
Permettra à leurs corps de se laisser aller
A ce penchant fatal qui les a envoûtés…

*Dans les Alpes de Haute Provence (04220)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Cités provençales, Le début de l'été, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.