Du métal en fusion…

bierstadt_albert

Poème illustré par un tableau de :

Albert Bierstadt
(1830-1902)

A l’horizon, le ciel a la couleur du cuivre ;
Les champs, et la garrigue, et la forêt aussi.
L’automne triomphant a vraiment réussi
Son plus joli tableau. Et la douceur d’y vivre

Vous pousse à remercier la divine Provence,
Surtout en ces deux mois où chantent ces couleurs
De métal en fusion jusques au cœur des fleurs.
Merci, dame Nature – ou chère Providence !

De lui permettre ainsi d’être tellement belle…
Du cuivre, de l’airain, de l’or et du laiton :
Les plantes du jardin ont toutes pris des tons
Somptueux et violents. Seule une tourterelle,

Habillée tout en gris de la nuance pâle
D’un pastel velouté, édulcore ce feu ;
Il reste quelques fleurs sur le plumbago bleu
Apaisant quelque peu lui aussi l’automnale

Folie exacerbée des teintes enflammées
De novembre si beau avant sa proche mort :
Du cuivre, du laiton, de l’airain et de l’or !
L’automne te sied bien, Provence tant aimée !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Chez nous, La Provence au coeur, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.