Douceur printanière

 

 Poème illustré par :

Taradel
www.artactif.com

Dans la douceur d’après midi,
Le village semble endormi
Sous son ciel taché de nuages
Préludant peut-être à l’orage.

Les couleurs du printemps sont douces
Sous une lumière un peu rousse,
Et les maisons aux murs usés
Ont leurs tuiles tout émoussées

Par la rage du soleil fou.
Mais pour le moment il est doux
Sur les ruelles qui s’inclinent ;
Et le vieux cyprès dodeline

Sous une tiède brise molle
Qui couine un peu et caracole
Dans les ruelles d’Entrepierres*
Où avril filtre la lumière.

Poème offert à Entrepierres*

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Douceur printanière

  1. Martine Tron dit :

    Touchée !
    Merci ma p’tite Vette, j’apprécie et ton poème et ton attention ! Je vais découvrir Entrepierres à travers tes lignes…
    🙂
    Bisous

    Martine

  2. Vette dit :

    J’ai envoyé ce poème à l’équipe municipale : j’espère qu’il leur fera plaisir !
    Vette

Laisser un commentaire