Détente

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Marc Janiaczyk
www.jean-marc.janiaczyk.pagesperso.fr

Le beau temps revenu nous rend vraiment flemmards !
Oh ! Rester allongés le soir jusqu’à pas d’heure
Sur la terrasse chaude : il n’est pas de bonheur
Plus grand, plus accompli ! Et même s’il est tard,

On n’a jamais sommeil, pour mieux se délecter
Des tout nouveaux beaux jours qu’on fête avec entrain.
Et l’on fond de plaisir, parfaitement sereins
Sous le ciel étoilé ! Il faut en profiter !

On est tout détendus, mollement allongés
Avec une boisson juste à portée de main,
La tête abandonnée dans le creux d’un coussin
Et le corps en chiffon, les muscles relâchés.

Qu’on est donc bien ainsi à goûter à l’été,
Cet été qu’on préfère : idéal, encor tiède !
Celui des soirs très doux non loin de la pinède
Quand les grillons gaillards se mettent à chanter.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire