Détente automnale

Oh ! ces derniers beaux jours dans la lueur argent
D’un soleil qui s’endort au creux d’un ciel pâli !
La Provence ronronne et paraît endormie
Sous un voile un peu gris. Seul un souffle de vent

Fait onduler l’étang où bougent des nacelles,
Feuilles déchiquetées par l’été et le temps.
Nous n’avons pas rangé les fauteuils, espérant
Y paresser encor. La lumière est si belle

Qu’on ne peut pas songer à l’hiver qui s’en vient !
On n’y veut pas penser ! Allongés mollement
Sur la rive asséchée, près d’un feu de sarments,
Nous nous réjouissons de ce beau temps serein

Pas encor automnal. Il fait juste un peu frais ;
Et bien pelotonnés dans un châle angora,
Nous sommes tels des chats et nous n’avons pas froid.
Mais où donc est le seing de l’automne annoncé ?

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire