Détente au soleil

Poème illustré par : 

Lionel Spani
www.lionel-spani.com

On est bien Rue Mistral dans le petit matin !
Jean Fauré s’est assis sur son vieil escalier,
Attendant patiemment les gens qui vont passer
Dans la ruelle bleue des premiers jours de juin.

Il est vraiment très tôt mais c’est l’heure qu’il aime :
L’instant ensoleillé où la lumière fond
En léger ruisseau blond du soleil encor rond
Comme une bulle d’or. Le vieux gorgé de flemme

Ferme à demi les yeux pour pouvoir savourer
Ce moment délicieux fleurant bon le café,
Les tartines grillées, les fleurs enchifrenées
Nouvellement écloses en ce nouvel été.

Mais Mathilde l’appelle : il lui faut décoincer
Ses vieux os tout rouillés pour sortir la Jeannette !
Car sa chêvre l’attend, et la brave biquette
Attend son picotin : fini de rêvasser !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Le début de l'été, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire