Désastre

 

Sur le flanc bleu de la montagne
On a posé du béton gris
Qui a tissé, comme une aragne,
Un triste réseau qui meurtrit

La beauté de l’alpe brodée
Au printemps des vives couleurs
De l’herbe, des fleurs embaumées
Explosant en milliers d’odeurs.

C’est dans un bruit assourdissant
Qu’on l’a toute défigurée :
Cubes et boîtes de ciment
Commençant à se fendiller,

Poteaux verticaux, chapes brunes,
Tout commence à se dégrader.
Le paysage sous la lune
Ressemble à un décor raté

Dans un film de seconde zone.
Et le ciel lui-même est strié
Des bandes polluées et jaunes
De vagues et ternes fumées.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire