Des larmes de cristal

olivier-en-hiver

Des larmes de cristal, tels des sanglots de glace,
Ont coulé cette nuit sur le vieil olivier
Dont le feuillage gris s’est recroquevillé
Sous l’outrage du gel. Cet hiver outrepasse

Son droit d’être chez nous en ce mois de décembre !
On n’a pas l’habitude, il fait vraiment trop froid,
Et l’on redoute tous, avec pas mal d’effroi,
Que ces grands coups de gel ne tuent ou ne démembrent

Le vieil arbre si vieux sous sa vieille ramure.
Il fait vraiment très froid, et un voile de gel
Nimbe tout le jardin d’un halo irréel
Cristallin et bleuté. L’incroyable froidure

A sculpté sur l’étang des fleurs couleur de neige
Ciselées cette nuit par les crocs bleus du vent.
L’olivier a craqué ; son branchage bravant
L’air glacial a frémi. Oh, Dieu, que le protège

L’Esprit emprisonné dans sa sève immobile !
Et puisse le dégel desserrer cet étau
Qui l’étouffe et le tue ! Que renaisse bientôt
Le soleil pour baigner cet enclos si tranquille

Et l’olivier chenu, têtu, qui se bagarre,
Tentant de résister aux assauts de l’hiver.
Il reste ici et là quelques bribes de vert,
Mais l’arbre est affaibli par les charges barbares

Du grand rush hivernal. Le gel est bien trop vif
Pour qu’il tienne longtemps ! Pourvu que le soleil
S’en vienne à sa rescousse en sortant du sommeil !
Lui seul pourrait contrer ce froid si agressif…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Hiver, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire