Derniers feux en Ubaye

Le Haut-Pays est beau sous les derniers rayons
D’un soleil épuisé par l’excès de lumière
Qu’il a trop diffusée. Fort bas sur l’horizon,
Il a perdu sa force ; et la montagne altière

En paraît adoucie, moins aiguë, moins pointue.
Il y a dans le ciel des vols d’oiseaux huppés
Comme on n’en connaît pas. Une espèce inconnue
Des natifs d’Enchastrayes pour le moins étonnés :

Tant de choses ont changé ! Cet automne en été
Où parfois l’on eut froid ; cet été en automne
Avec des jours brûlants aussi chauds qu’en juillet !
Et ce ciel sur l’Ubaye aux tristes reflets jaunes

Comme n’en vit jamais cette Haute-Provence
Qui trop longtemps s’est crue vierge de pollution…
Mais la montagne est belle, et la lumière danse
Sur les pics oubliés par la profanation

Due à trop d’inconscients en des lieux cousus d’or.
Bienheureux Bas-Alpins ! Que leur montagne est belle
Sous les derniers rayons du soleil qui s’endort
En éructant parfois d’ultimes étincelles.

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.