Déconfinement

Mireille a bien du mal : sa nature est rebelle,
Elle peine à rester confinée au logis
Quand il n’est pas urgent de déserter son nid.
Elle en souffre vraiment car la ville est si belle

Sous le soleil encor supportable au printemps !
Mais Mireille ne peut sortir comme les autres :
Son âge l’interdit, elle se veut l’apôtre
Et l’exemple parfait d’un bon comportement.

Marseille bruit déjà ; sa fougue et la cohue
Des rues ensoleillées ont repris tant et plus,
Mais Mireille tient bon, Le coronavirus
Est toujours là, dehors ! Et toute honte bue

Car on prend son bon sens pour de la lâcheté,
Elle sait résister, elle reste chez elle ;
Et elle a bien raison : sa copine Isabelle
Est maintenant punie de sa frivolité :

Elle n’a pas voulu écouter son amie…
Elle s’en est sortie, mais c’est dans un fauteuil
Que désormais infirme elle a franchi le seuil
De l’hôpital maudit… qui l’a pourtant guérie !

Portant toujours son masque arrimé à son nez,
Mireille est très prudente, elle se sait fragile.
Quant à Marie*, là-haut – exemple pour sa ville !
Elle en porte un, doré, comme son nouveau-né.

*Notre Dame de la Garde

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Les gens, Marseille, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.