De lui à elle

ciel-orageux

Il aime modeler son corps entre ses mains
Et sculpter sous ses doigts ses formes généreuses ;
Sentir s’épanouir la plénitude heureuse
De son désir ardent! Et jusqu’au lendemain

Se lover tout contre elle ; hérisser de caresses
Et de baisers fiévreux la douceur de sa peau ;
Ne pouvoir résister à ses brûlants appeaux
Et transmettre à son corps son trop plein de tendresse.

Il aime son ivresse, il aime son ardeur.
Chaleur contre chaleur de leurs peaux si sensibles
Quand elles sont unies ! Joie irrépréhensible
Qui le fait haleter en lui vrillant le cœur…

Il aime sa passion, il aime qu’elle l’aime
En se laissant aller à tous ces gestes fous
Que suscite l’amour. Puis ces instants si doux
Où, revenant à eux et de nouveau eux-mêmes,

Il se retrouvent seuls, corps tout enchevêtrés.
Il aime infiniment ces moments de tendresse
Où, passion oubliée, étreintes et caresses
Ne sont plus qu’harmonie, tout désir apaisé.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire