De l’eau…

De l’eau ! Fraîche surtout… Partout sur notre corps
A torrents, à grands seaux, afin  que tous nos pores
La boivent goulûment pour calmer cette ardeur
Qui nous brûle le sang ! Cette énorme chaleur

Consumant la Provence a fait de nous des loques.
On a soif et l’on cuit, l’on halète, on suffoque
Et tout notre Midi est en ébullition :
Une sorte d’enfer où damnés nous bouillons !

Dans le jardin trop sec on joue à s’asperger
A grands coups d’arrosoirs, de lances et de jets
Pour – ne serait-ce que fort fugitivement –
Ressentir les bienfaits du frais ruissellement

De cette fausse pluie. Et notre jeu idiot
Nous détend peu à peu : c’est la magie de l’eau
Revivifiante et drue ; comme si des glaçons
Glissaient sur notre peau à grands coups de frissons.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.