Culot !

Renard

Au Sauze, tous les soirs, dans la rue du village,
Se déroule un spectacle vraiment inouï :
Goupil le chapardeur, au culot infini,
Continue* son manège effronté et peu sage

En s’empiffrant gratis dans la grande poubelle.
Oui, en pleine saison ! On aurait pu penser
Que tout ce va-et-vient l’aurait rendu sensé,
Qu’il prendrait ses quartiers, fuirait à tire d’aile

Dès les congés d’hiver. Bernique, point du tout !
Malgré tous les fêtards qui rentrent dans la nuit,
Le joli renard roux, impassible, poursuit
Son souper délicieux : réveillon de minuit

Tous les soirs que Dieu fait, sous les yeux effarés
Des vacanciers surpris qui n’en croient pas leurs yeux !
Pourvu, petit renard, qu’un immonde vicieux
Ne tire pas parti de ta naïveté

Et n’en profite pas pour venir te tuer !
Que le bon Dieu te garde, adorable bestiole !
Continue tes festins ; gave-toi, batifole ;
Et viens t’en chaque soir pour mieux nous amuser…

Tu n’as pas peur de nous : n’est-ce pas merveilleux ?
On ne t’a donc pas dit trop de mal des Humains
Dans ton monde animal ? Alors va ton chemin
De joyeux resquilleur roublard et facétieux…

* Voir le poème du 13 novembre  : « Grivèlerie »

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.