Cucuron

cucuron3

On s’est assis tout près de l’immense bassin
A la surface bleue constellée de pollen,
Sous les platanes gris subissant la géhenne
D’un rude harnachement en cuir qui les contraint

A pousser comme il faut et sans jouer aux cons.*
Quelle sérénité près de l’eau immobile,
Quelle exquise fraîcheur au centre de la ville
Qui semble somnoler comme un gros chat en rond !

Cette ombre verdoyante après le grand soleil
De la plaine du Sud vous ferait frissonner !
L’eau vire à l’émeraude et la lumière ambrée
La fait étinceler d’un friselis vermeil.

On a pris un pastis. Mon Dieu, que c’est donc bon
De boire ce nectar sur la place ombragée !
La touffeur du mois d’août semble avoir oublié
Le calme Cucuron au coeur du Lubéron.

 *Pour ne pas pousser de travers ! Levez les yeux : vous verrez comme leur ramure est entravée

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.