Cruauté

Poème illustré par :

Jean-Louis Honnet
www.alterimago.com/jean-louis-honnet

Le soleil attablé tout en haut du Ventoux
Se demande en riant qui il pourrait croquer :
La petite Laura dont l’épiderme roux
Lui paraît tendre et blanc comme un verre de lait

Ou ce bébé dodu gigotant sur la plage ?
L’ogre qu’est le soleil a l’embarras du choix,
Et ils sont tant et tant à ne point être sages
Que ces cibles aisées lui causent quelque émoi.

Le soleil affamé au-dessus du Midi
S’interroge cruel : que pourrait-il griller ?
Et s’il visait les fleurs ? Ou les bois reverdis
Par les pluies du printemps ? Ou les premiers cinglés

Qui se mettent tout nus, se croyant invincibles ?
L’ogre repasse encor ses rais bien aiguisés :
Il est en appêtit, il a faim ; et les cibles
Ne lui manqueront pas tout au long de l’été.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.