Crépuscule sur Saint Petersbourg

 

Une aiguille d’or dans le ciel*
Entricotée par des nuages
Filant en cavalcade sage,
Vient d’être repeinte de miel

Par le soir sur Saint Petersbourg.
La ville basse et bien rangée
A pris une teinte orangée
Sous son rare soleil qui court

Dormir à l’Ouest, là-bas, au loin.
Les larges rues si harmonieuses
Semblent soudain bien moins sérieuses
Ainsi parées de tous ces points

De lumière et du dernier feu
D’un soleil presque à l’agonie.
La belle saison est finie
Et l’hiver va surgir sous peu

Pour soumettre Saint Petersbourg.
Mais pour le moment la lumière
Pleut dorée sur ses vieilles pierres
Et la Neva, son bel amour.

La ville de Pierre s’endort
Sous un tout petit bout de lune ;
Et d’ultimes rayons allument
En les frôlant ses bulbes d’or.

* Eglise Pierre et Paul

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.