Cours Mirabeau

Poème illustré par un tableau de :

Brigitte du Mérac
www.dumerac.free.fr 

On est si bien Cours Mirabeau
A regarder tous ces badauds
En sirotant un bon café.
Il flotte comme un air d’été,

Mai est en fleurs. Doux et léger,
Il est même parfois très frais
Quand la brise devient taquine.
La lumière est toute rouquine

Car le soleil est fatigué.
Il va devoir être sur pied
S’il veut pouvoir fourbir ses armes
Et combattre l’étrange charme

Qui tempère encor sa folie,
Mais pour l’instant c’est un ami,
Et les Aixois prenant un verre
S’abreuvent de sa jeune lumière

Sous l’ombre des très vieux platanes.
Il fait bon, l’on rêve et l’on plane
Dans une agréable torpeur
Où la ville bat comme un coeur.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire