Couleurs provençales

Poème illustré par un tableau de :

Matisse
(1869-1954)

 La terre est rouge vif et la mer est marine
Sous le soleil vibrant d’un orange éclatant.
Il explose partout et la plus humble ruine
Se tranforme en palais sous ses flèches d’argent.

Puis la mer devient pourpre, et le soir qui flamboie
Plonge la terre au sein de l’eau violette et sombre.
Le soleil a dissout l’horizon qui se noie
De plus en plus confus dans la molle pénombre.

La lumière est rosée, les murs virent au mauve
Doucement effleurés par la brise attiédie.
Les couleurs ne crient plus, et non loin sur le Rôve
Un oiseau attardé se hâte vers son nid …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire