Cornillon-Confoux

Posé sur un piton, tu surplombes la plaine
Aux hautes cheminées soufflant à perdre haleine ;
Mais ta situation fait qu’on ne les voit pas :
Cachées par la colline ! Et quel panorama

Du haut du promontoir(e) ! Là-bas l’étang de Berre,
Les Alpilles, la Crau, et au lointain la mer…
Village méconnu, ignoré des touristes,
Tu mériterais bien d’être mis sur la liste

Des merveilles cachées au coeur de la Provence !
Avec cet infini, ton horizon immense,
Ton lavoir, ton beffroi, ton église surtout
A la charmante Dame enceinte jusqu’au cou !

Rares sont les statues de la Vierge Marie
Qui osent arborer un ventre rebondi ;
Mais Confoux téméraire s’y est hasardé :
Encore une raison d’aller le visiter…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire