Contre-attaque

Poème illustré par un tableau de :

Yves Lallemand

L’on était tout content car c’en était fini
Des gelées, de la pluie, de toute cette crasse ;
J’avais même sorti mes pots sur la terrasse.
Une douce euphorie nous donnait le tournis…

Quand voilà, patatras ! Ce vieux crétin d’Hiver,
Contraint de déguerpir par Dame la Nature,
A fait front, résisté et tenté l’aventure :
Malgré le renouveau, les jardins déjà verts,

Il a fondu sur nous, et encore très costaud
Bien qu’il soit très âgé – quasiment un trimestre –
Il a contre-attaqué. Véritable homme-orchestre
Il a mobilisé tous ses seconds couteaux :

Le vent, le gel, la pluie, la neige et le brouillard,
Pour nous pourrir la vie… Mes fleurs ont triste mine
Et depuis quelques jours, elle se ratatinent
Pour échapper au froid. Un grand mistral braillard

Hurle sur la garrigue avec des cris de loup…
L’on était accablés, quand maîtresse  Nature
A soudain décidé que la grande imposture
Devait enfin cesser. Et que le vieux filou

Devait laisser la place au tout jeune Printemps.
Là, c’est définitif : il gît dans sa tanière,
Vaincu par le soleil et sa chaude lumière.
Car ainsi doit aller l’alternance du Temps…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire