Come-back

Poème illustré par un tableau de :

Arno
www.arno-artiste-peintre.fr

Tiens ! On arrive à Lyon : l’air est gris et brumeux…
Même chose à Valence où ce n’est guère mieux…
Voici Montélimar ! Vois-tu ce que je vois ?
On dirait que du bleu court le long de la voie !

La campagne est très sèche et pas mal rocailleuse,
Et là-bas dans le ciel une nuée vineuse
Pose sur le sol gris une ombre. C’est l’hiver,
Mais le train dévorant vole vers la lumière

Et le soleil tout rond sous son chaperon d’or.
On s’en revient chez nous ! On a quitté le Nord
Où l’on a eu si froid. Laisse ton capuchon
Puisqu’on est arrivés ! Terminus : Avignon !

Mais il y a du vent : ce sacré vieux mistral
Est là qui nous attend ! Il est là, l’animal,
Avec ses crocs glacés vous arrachant la peau
Et son souffle dément ! Fermons bien nos manteaux,

Courons à la voiture… Ah ! il nous a suivis !
Il attend dans la cour ; il tournoie et gémit
De sa voix sépulcrale et triste de janvier.
On est dans le Midi, mais ce n’est pas l’été !

Enfin, ne râlons pas ! Au moins le ciel est bleu ;
Il n’y a pas de brume alors qu’ailleurs il pleut ;
Et devant un grand feu nous nous laissons bercer
Par les plaintes du vent qui voudrait bien entrer.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire