Clair de lune en mer

Ivan Aïvazovski Clairdelune

Poème inspiré par un tableau de :

Ivan Aïvazovsky
(1817-1900)

Couleur d’huître hyaline* et gonflée de lumière
Jusqu’au coeur de son coeur, la Méditerranée
Illumine la nuit. Ses eaux tourbillonnées
Sont du cristal fondu sous la nue où macère

Une lune amincie pour avoir trop donné
De son suc essentiel : l’astre ratatiné
A cédé sa lumière à l’Esprit de la mer
Qui balance ses flots agités par l’hiver.

La houle illuminée voudrait dompter les nues
En montant à l’assaut. Elle griffe le ciel,
L’éraflant violemment de déchirures miel
Qui éclairent la nuit. La pointe biscornue

Et frangée de lumière qui escalade l’eau
Semble s’en dissocier. Plus haut, toujours plus haut !
La mer veut être éther ; elle a tout envahi,
Et son flot cristallin éclaire le ciel gris.
*Transparente

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Hiver, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire