Cinéma

Chez nous, depuis huit jours, c’est la révolution
Car on y tourne un film ! Une incroyable histoire
Qui se passe au Château. Scénario plutôt noir
De crime et de folie : un film à sensations !

Chacun se dévisage avec curiosité : acteurs et indigènes.
Pour eux, on est des ploucs ; pour nous, ils sont cinglés !
Et quel remue-ménage ! On n’est pas habitué
Et l’on déteste ça ; ce n’est pas dans nos gènes

D’être ainsi tourmentés ! Ce bruit, ces hurlements
Et cette agitation ! Ces grossières erreurs…
Et puis ce faux accent que prennent les acteurs…
Le village excédé attend impatiemment

Que tout soit terminé ! « Pensez donc à l’argent,
A expliqué le maire. On devrait encaisser
Près d’un million d’euros. On pourra commencer
Tout un tas de travaux ! Soyez donc plus patients ! »

Bah ! Le temps passe vite… Et puis, l’on est si bien
Tout près de la montagne hachurant le ciel bleu
Où volent des planeurs… C’est grâce à ça qu’on peut
Supporter sans râler ces fous et leur tintouin !

Par moments le grand roux semble même être en transes,
Et il tance sa troupe en hurlant tant et plus.
Tous des fous, on vous dit, et des olibrius…
Pourquoi ont-ils choisi notre Haute-Provence ?

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire