Cher Amour…

Ta peau caramélée a le goût d’un bonbon.
J’aime y passer la langue. Et sa saveur exquise,
Son odeur de soleil, son velouté me grisent
Presque instantanément ! Oh, c’est tellement bon

De sentir sous ma main tes formes toutes rondes !
Archétype parfait de la féminité,
Tu me fais délirer, et ta pure beauté
M’emportent à coup sûr en un tout autre monde.

J’aime tant caresser tes petits seins dressés,
Tes hanches arrondies comme une belle amphore…
Et ce lai où je chante à quel point je t’adore,
Je ne pensais jamais pouvoir te l’adresser.

J’aime bien déposer au creux de ton épaule
De délicats baisers, comme des papillons ;
En soudain ressentir une énorme émotion…
Oh, j’aime tant t’aimer, te rendre presque folle,

Caresser doucement l’arrondi de ton cou,
En goûter la tiédeur, celle d’un cou de cygne ;
Laisser gonfler en moi les indéniables signes
De ce désir violent qui monte à tous les coups…

Quand tu seras bien vieille, usée et cabossée
Par une longue vie, dis, t’aimerai-je encor ?
Pourrai-je dessiner les lignes de ton corps
De mes vieux doigts tremblants ? Mon âme est angoissée

A l’idée de te perdre et d’être trop lié
A ta simple beauté, à ton aspect physique.
Je veux que mon amour pour toi demeure unique..
Oh, Temps, n’efface point ces jours inoubliés !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire