Châteaudouble*

Poème illustré par un tableau de :

Marie-Claire Houmeau
www.mch.artpeint.com

Châteaudouble là-haut domine la vallée.
Epargné par le temps, il se cramponne au ciel
Où court un vent léger effleurant de ses ailes
Les antiques maisons construites bien serré.

Il n’y a pas un bruit car le village dort,
Vaincu par la chaleur d’un chaud après-midi.
Seul par moments le cri d’un enfant qui s’ennuie
Rappelle au vieux bastion qu’il n’est pas encor mort.

On dirait bien, pourtant, car dans les rues pentues,
Il n’y a pas un chat ! Nous avons contemplé
Du haut du promontoire une vue à couper
Et le souffle, et la voix ; puis sommes descendus

Au pied de la falaise. Surplombant la vallée,
Le village hautain semblait presqu’irréel :
Découpé sur l’azur, un monde intemporel
Construit pour des humains, mais bâti par des fées !

Perché sur son piton, Châteaudouble a veillé
A être préservé ; il est solide et vieux ;
Agrippé à son ciel, fidèle à ses aïeux,
Le vieux village oppose aux années sa fierté.

 * Dans le Haut-Var

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire