Charmes d’antan

Poème illustré par  un tableau de  :

Sandro Botticelli
(1444-1510)

Elle était si jolie, ma grand’mère d’antan !
Mais s’est enfuie sa vie , effacée par le Temps
Qui détruit toute chose en passant d’un coup d’aile.
Ma grand’mère n’est plus et ne reste plus d’elle

Qu’un portrait triomphant sur le mur du salon.
Elle était si jolie ! Son doux visage oblong
A la peau transparente était celui d’un ange
Egaré parmi nous ! Et combien est étrange

Qu’il n’en subsiste plus que quelques ossements
Mêlés au souvenir de ses quelques amants.
Délicate et menue, rongée par la poussière,
Délitée au soleil d’un très vieux cimetière…

Peut-être est-elle ailleurs ? Autre réalité,
Accueillie pour toujours dans une Eternité
Où la beauté humaine est vraiment accessoire ?
Joliesse et fraîcheur, tellement dérisoires…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire