Charivari

Printemps A Rivière

Poème illustré par un tableau de :

Annie Rivière
www.atelieriviere.canalblog.com

Le matin de bonne heure, on entend les oiseaux
Tuituitant à tue-tête. Ils offrent au printemps
Leur plus joli concert, le plus tonitruant,
Poussés par leurs amours et leur estomac gros

D’un grand vide abyssal : planquez-vous, les chenilles !
Dès les premiers rayons de l’aube printanière,
Quiconque d’entre vous quittera sa tanière
Se verra avalée, minuscule broutille

Grassouillette et dodue ! Serait-ce pour vous plaire
Et pour vous attirer que vos ennemis chantent ?
Cet hymne printanier et dont nos coeurs s’enchantent
Serait-il imposteur ? Voici un grand mystère

Qu’on ne résoudra point ! Cependant ils ramagent,
Sifflent, roucoulent, tweet ! trillent en s’ébrouant
Et font trémuler l’air de leurs cris et leur chant :
Esbaudissez-vous en puisque tel est l’usage.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.